BREXIT OR NOT BREXIT

L'hebdo devises du 21 octobre 2019

Le point macro

L’eurodollar a atteint un point haut depuis sept semaines sur le marché des changes à la faveur d’un regain d’appétit au risque des cambistes. La semaine qui s’est écoulée a connu une succession de signaux positifs : accord trouvé entre l’UE et le Royaume-Uni, avancées significatives entre les Etats-Unis et la Chine sur le dossier commercial, et bons indicateurs américains, notamment en lien avec la confiance des consommateurs. Le risque de récession américaine qui a si souvent été pointée du doigt depuis l’été semble s’éloigner. On s’oriente plutôt vers un atterrissage en douceur de l’économie américaine.
Les quelques signaux négatifs qui ont ponctué la semaine passée n’ont pas vraiment surpris. La baisse de la croissance chinoise à 6% était attendue, tout comme les mauvais chiffres allemands concernant le sentiment économique outre-Rhin (indicateur ZEW). Les cambistes préfèrent voir le verre à moitié plein, qu’à moitié vide. En outre, ces mauvais chiffres peuvent renforcer les espoirs de relance budgétaire en Allemagne et d’action prochaine de la banque centrale chinoise.

Contrairement aux précédents mois d’octobre qui sont traditionnellement favorables au dollar américain, les dernières semaines ont vu un regain des valeurs à risque. Depuis le début du mois, l’euro affiche une performance de +2% face à l’USD contre une baisse de -1,3% sur la même période en octobre 2018. La hausse est également conséquente face au JPY, de l’ordre de 2,4% et face au CHF, de l’ordre de 1,1%.

La trajectoire future de l’euro reste toutefois dépendante d’une amélioration de la conjoncture mondiale et d’un apaisement durable des tensions sur le front commercial. La signature d’un mini accord commercial entre les Américains et les Chinois est annoncée pour novembre prochain, à l’occasion du sommet de l’APEC, mais sa mise en application reste incertaine. On garde en souvenir la précédente trêve commerciale qui avait conduit à la mise en place de nouveaux tarifs douaniers à l’égard de la Chine.

En outre, la conjoncture internationale reste dégradée, comme l’indiquent les chiffres en provenance d’Asie et les dernières données européennes. La récession du commerce international devrait se poursuivre au moins jusqu’à la fin d’année. Quant à l’Allemagne, nous devrions avoir confirmation de son entrée en récession technique d’ici quelques semaines, à l’occasion de la publication du PIB au troisième trimestre. Etant donné les incertitudes politiques et les risques économiques, nous confirmons notre vision baissière pour l’eurodollar.


Le point technique

Ajoutons à cela qu’une hausse plus importante de l’euro risque d’être compliquée du fait d’obstacles techniques.

L’eurodollar a réussi à s’échapper du seuil des 1,11 la semaine dernière, et la clôture vendredi soir au-dessus des 1,1107, qui correspond au point bas du mois de mai dernier, peut laisser espérer une poursuite de l’appréciation à très court terme. Toutefois, la zone des 1,12, qui correspond à la moyenne mobile à 200 jours, devrait constituer un premier sérieux obstacle, et favoriser un repli de l’euro.

Autre élément qui devrait inciter à la prudence : le marché est en position très claire de surachat.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,08921,09561,11991,1258
EUR/GBP 0,84880,86060,89310,9138
EUR/CHF 1,08001,09001,10701,1140
EUR/CAD 1,44581,45111,46541,4743
EUR/JPY 115,91117,81121,90124,90

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

En ce début de semaine, c’est le grand retour à la réalité puisque les espoirs de résolution rapide du Brexit se sont envolés au cours du week-end lorsque le Parlement britannique a décidé d’ajourner le vote sur l’accord négocié avec l’UE. Un vote pourrait avoir lieu ce jour, mais il est peu probable qu’il ait lieu. Les députés britanniques ont prévu de discuter point par point de l’accord, ce qui signifie que le processus d’examen du texte va durer plus longtemps que prévu, obligeant une nouvelle extension technique du délai de sortie.

Le vent d’optimisme autour de la livre sterling des dernières semaines pourrait s’atténuer et profiter à l’euro.

Ajoutons qu’il faut s’attendre aussi à de mauvaises nouvelles sur le front des indicateurs allemands. L’indice IFO devrait suivre la même trajectoire négative que le ZEW publié la semaine dernière.

Enfin, pour une fois, la réunion de la BCE devrait susciter un faible intérêt. La trajectoire de la politique monétaire en zone euro est bien définie et il n’y a aucun aspect technique à éclaircir. La volatilité à attendre sur les paires en EUR sera faible ce jeudi.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
24/1011:00PMI manufacturier (Octobre)Le consensus s’attend à un léger redressement à 42,0 après avoir un point bas à 41,7 le mois précédent.
13:45Réunion de la BCE suivie par la dernière conférence de presse de Mario Draghi à partir de 14h30La politique monétaire en zone euro devrait rester inchangée et aucun détail technique concernant le QE n’est à préciser.
14:30Commandes de biens durables (Septembre)Le consensus table sur une baisse à 0,1% après une hausse de 0,5% précédemment.
25/1010:00IFO climat des affaires (Octobre)Le consensus anticipe une faible baisse à 94,5 mais le chiffre définitif pourrait être plus mauvais que prévu. L’indice ZEW, qui était très décevant, est en général un bon indicateur de ce que réserve l’IFO. Il faudra être prêt à affronter une mauvaise surprise.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.