Craintes infondées de durcissement de la politique monétaire

L'hebdo devises 22 février 2021

Le point macro

Les ventes au détail aux Etats-Unis ont constitué la surprise de la semaine passée. Elles ont bondi de 5,3% sur le mois de janvier – soit la plus forte hausse mensuelle depuis que cette statistique existe. Cette augmentation significative s’explique essentiellement par les mesures budgétaires prises par le gouvernement américain à destination des ménages (allocations chômage et surtout chèque de 600 dollars pour soutenir les revenus des ménages). En tenant compte de la forte accélération de la vaccination aux Etats-Unis, qui va permettre de lever progressivement les restrictions, et des mesures supplémentaires actuellement discutées au Congrès et qui pourraient permettre l’envoi de nouveaux chèques aux ménages vers mi-mars, il est fort probable que ce rebond des ventes au détail perdure. Le seul problème, c’est qu’il fait craindre au marché une progression importante de l’inflation dans les mois à venir qui pourrait forcer la banque centrale américaine à durcir sa politique monétaire plus tôt que prévu. Clairement, ce scénario qui est souvent évoqué dans les salles de marché nous parait peu probable. Des facteurs conjoncturels vont pousser l’inflation plus haut dans les mois à venir outre-Atlantique (exemples : les mesures de relance et la hausse du prix des matières premières) mais comme cette hausse ne sera que transitoire, elle ne va pas conduire à un changement de politique monétaire. C’est d’ailleurs ce qu’indiquait de manière limpide le compte-rendu de la dernière réunion de la banque centrale, publié en milieu de semaine dernière. Comme c’est le cas aussi de ce côté-ci de l’Atlantique, la politique monétaire américaine va rester durablement accommodante, pendant au moins plusieurs années.

En Europe, le principal point d’attention fut l’indice ZEW en Allemagne et en zone euro qui donne un aperçu du moral des analystes financiers. Que ce soit pour l’Allemagne ou pour la zone euro, l’optimisme est désormais de rigueur avec des attentes en forte hausse concernant la dynamique économique. Même si l’Europe est encore à la traîne au niveau du processus de vaccination par rapport aux Etats-Unis, on a observé ces dernières semaines une accélération bienvenue. Le seul risque à prendre en compte, qui n’est pas intégré dans les prix offerts par le marché des changes, est la forte propagation des nouveaux variants, et notamment du variant anglais. En l’espace de deux semaines, la proportion du variant anglais dans le total des infections a doublé en France et en Allemagne. A minima, cela signifie que les mesures de restriction ne vont pas être levées, même partiellement, avant au moins le printemps – une période qui est moins propice à la circulation du virus selon les scientifiques.


Le point technique

Sur le marché des changes, les bonnes surprises économiques ont soutenu l’euro face au JPY et au CHF au cours de la semaine passée. Les cambistes, même s’ils ont conscience que la reprise ne sera pas linéaire, sont plutôt confiants en l’avenir ce qui avantage les monnaies à risque (comme l’euro) face aux valeurs refuge. En revanche, le différentiel économique qui se creuse entre les Etats-Unis et la zone euro a encore pénalisé la paire EUR/USD. Elle continue d’évoluer dans un canal baissier. Une baisse sous le seuil psychologique des 1,20 ouvrirait la porte à une dépréciation plus importante, d’abord en direction des supports situés à 1,1837 et à 1,1800. Enfin, on notera la très forte chute de l’euro face à la monnaie britannique (-1,40% en variation hebdomadaire) qui s’explique par les attentes en termes de rebond économique pour le Royaume-Uni. Si le mouvement se poursuit, nous pourrions voir la paire revenir vers les 0,83 à long terme.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,18371,20001,22501,2355
EUR/GBP 0,85450,86000,87820,8817
EUR/CHF 1,06931,07531,09351,1000
EUR/CAD 1,51011,51961,54341,5487
EUR/JPY 125,22126,10128,71129,03

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

Cette semaine sera marquée par un retour au premier plan des indicateurs économiques. Dans la droite ligne de l’indice ZEW, l’indice IFO allemand devrait ressortir en hausse en février, aidé par les espoirs soulevés par l’accélération récente de la campagne de vaccination en Allemagne. En outre, un nouvel indicateur positif concernant les ménages américains est attendu avec l’estimation de l’indice de confiance des consommateurs du Conference Board pour le mois de février. On finira la semaine avec les dernières estimations du PIB au quatrième trimestre 2020 pour l’Allemagne et les Etats-Unis. Dans les deux cas, nous nous attendons à ce que les mesures de restrictions mises en œuvre (voire de confinement pour l’Allemagne) aient moins pesé sur la dynamique économique qu’au printemps dernier. Dans l’ensemble, ce sont donc des chiffres économiques plutôt rassurants qui sont attendus, ce qui devrait donc favoriser l’appétit au risque sur le marché des changes.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
22/0210:00IFO climat des affaires (Février)Hausse attendue à 91,8 certainement en lien avec les espoirs soulevés par la campagne de vaccination.
23/0211:00IPC annuel (Janvier)Dernière estimation attendue à 0,9%.
16:00Confiance des consommateurs du Conference Board (Février)Légère hausse attendue par le consensus à 89,6 versus 89,3 précédemment.
24/0208:00PIB au quatrième trimestre 2020Le marché table sur un bond à 8,2% au T4 en variation trimestrielle, malgré les mesures de confinement.
25/0214:30PIB au quatrième trimestre 2020Dernière estimation du PIB américain avec un chiffre prévu à 4,3% ce qui constitue une hausse par rapport à l’estimation précédente (4%).

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.