EUR/USD : Le seuil symbolique des 1,20 est à portée de main

L'hebdo devises du 31 août 2020

Le point macro

Du point de vue des fondamentaux économiques, la donne a peu changé en l’espace de quatre semaines. La sortie de récession se précise un peu partout dans le monde mais les incertitudes liées aux perspectives d’investissement des entreprises et de consommation des ménages ne sont pas levées. Les indicateurs économiques publiés ces dernières semaines, comme le PIB allemand au deuxième trimestre, sont meilleurs que prévu par le consensus mais ce n’est pas une surprise. C’est un fait bien documenté que les économistes ont tendance à être trop pessimistes dans leurs prévisions en période de sortie de récession. Pour autant, le pire de la crise n’est peut-être pas encore derrière nous et il faudra surveiller de près dans les mois à venir l’évolution des faillites d’entreprises et les stigmates probablement durables de la pandémie sur le marché de l’emploi (d’où l’importance du rapport sur l’emploi américain en fin de semaine).

Le vrai changement a eu lieu au niveau du marché des changes. L’euro a connu une envolée face au dollar américain qui l’a conduit à quasiment frôler le seuil psychologique situé à 1,20, avec un point haut pour la paire EUR/USD atteint à 1,1964 le 18 août dernier. Ce ne sont pas les chiffres économiques européens ou la gestion de la crise sanitaire européenne qui expliquent cette progression mais bien plus la baisse importante du dollar sur le marché des changes. Ainsi, depuis le début de l’année, le dollar index affiche un repli de -3,7%. Sur un mois, la baisse est toujours d’actualité, quoi que plus faible, de l’ordre de -0,6%. Cette baisse du dollar peut paraître contre-intuitive puisqu’en période de sortie de récession et face à une pandémie mondiale qui soulève de nombreuses questions concernant l’activité économique, on pourrait croire que les cambistes auraient tendance à privilégier les valeurs refuge, donc en premier lieu le dollar américain. Il n’en est rien. Trois raisons à cela : 1) l’économie américaine est loin de fonctionner à plein régime du fait de l’expansion du virus et des mesures de distanciation sociale qui s’appliquent ; 2) juste avant l’élection présidentielle américaine, il est courant que le dollar s’affaiblisse face aux autres monnaies ; et 3) les discussions sans fin entre le Congrès et la Maison Blanche sur le nouveau plan de relance, après celui de 2000 milliards USD dévoilé il y a quelques mois, contribuent à accroitre les incertitudes préexistantes concernant la conjoncture économique outre-Atlantique. A court terme, ces trois facteurs devraient continuer de peser sur le taux de change du dollar, et par corollaire favoriser un biais haussier sur la paire EUR/USD.


Le point technique

Après avoir connu une appréciation de l’ordre de 500 pips en l’espace de seulement quelques semaines, il n’est pas surprenant que la paire EUR/USD soit entrée en phase de consolidation ces derniers jours en évoluant autour des 1,18. Toutefois, le biais haussier demeure et est même confirmé par l’analyse technique. La hausse est soutenue à la fois par les moyennes mobiles, à 50 jours et à 200 jours, et par d’autres indicateurs couramment suivis par les cambistes, comme le RSI (pour Relative Strength Index – indicateur qui permet de repérer la force d’un mouvement de vente ou d’achat) qui est en zone d’achat. Nous visons donc toujours le seuil symbolique situé à 1,20 qui, s’il est franchi, pourrait permettre à la paire de rallier la zone des 1,2150 à plus long terme.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,17121,16271,19231,2000
EUR/GBP 0,87570,88830,91350,9261
EUR/CHF 1,05531,06661,08931,1006
EUR/CAD 1,53771,54601,56911,5839
EUR/JPY 123,22124,02127,26129,28

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

Le point d’orgue cette semaine sur le marché des changes sera la publication des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis vendredi portant sur le mois d’août. Il s’agit du principal market mover susceptible d’avoir un impact significatif sur les taux de change. Le consensus table sur un taux de chômage qui chute de nouveau sous le seuil symbolique des 10%, à 9,9% de la population active, contre 10,2% en juillet. Toutefois, pour avoir une appréciation plus fidèle de la réalité du marché du travail américain, nous conseillons de surveiller le taux de participation et le taux de chômage au sens large, appelé U6, qui compte outre les chômeurs les travailleurs qui ne trouvent que du travail à temps partiel et ceux qui sont découragés de chercher un emploi. Ces deux indicateurs, qui seront aussi publiés vendredi, seront d’une plus grande utilité pour mieux comprendre l’état réel de l’économie américaine.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
01/0909:55PMI manufacturier (août)Stable à 50,0 selon le consensus.
01/0916:00ISM manufacturier (août)Reflux à 53,6 contre 54,2 précédemment.
02/0914:15Créations d’emplois non agricoles ADPLe précédent chiffre était à 167k.
03/0916:00Indice PMI non manufacturier de l’ISM (août)Reflux à 55,0 contre 58,1 en juillet.
03/09IndéterminéePrésentation du plan de relance françaisLe montant total prévu est de l’ordre de 100 milliards d’euros dont 40 milliards d’euros issus du plan de relance européen.
04/0914:30Rapport sur l’emploi américain (août)En juillet, le taux de chômage est attendu en baisse à 9,9% de la population active contre 10,2% précédemment.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.