EURUSD : le soufflé n’a pas pris…

L'hebdo devises du 04 novembre 2019

Le point macro

Comme nous l’anticipions la semaine dernière, l’euro/dollar n’a pas réussi à s’échapper de son range. La paire a progressé de 0,70% sur les cinq séances passées, mais reste toujours coincée sous le niveau des 1,12. A court terme, nous ne voyons pas quel catalyseur pourrait permettre un franchissement de ce niveau. Nous pensons que la paire devrait donc continuer d’évoluer entre les 1,1090 et les 1,12.

Sur le plan macroéconomique, les bonnes nouvelles se sont accumulées pour l’économie américaine, ce qui tend à confirmer que les craintes de récession exprimées au cours de l’été étaient exagérées. L’indice ISM manufacturier est ressorti en hausse, avec des nouvelles commandes bien meilleures que prévues. Ajoutons à cela un excellent rapport sur l’emploi américain. Les créations d’emplois ont bondi bien au-delà des attentes, à 128 000 contre 85 000 attendus par le consensus. Un tel chiffre est impressionnant sachant que la grève massive chez General Motors (dont nous vous parlions la semaine dernière) a eu un effet négatif sur la dynamique d’emplois, notamment au niveau des sous-traitants. Sans cette grève, on estime que les créations d’emplois auraient pu atteindre quasiment 170 000. Comme prévu, la banque centrale américaine a abaissé son taux directeur de 25 points de base, mais l’incertitude domine sur l’évolution à court terme de la politique monétaire. Les chiffres qui ont été dévoilées la semaine passée plaident en faveur d’une pause de la Fed d’ici la fin de l’année, mais ce seront les statistiques de novembre qui détermineront réellement l’attitude de la banque centrale. Il est également vraisemblable qu’un éventuel accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis, qui reste toujours d’actualité, soit également une donnée prise en compte.

En Europe, le scénario d’un hard Brexit est résolument abandonné et nous nous dirigeons vers des élections législatives anticipées au Royaume-Uni le 12 décembre prochain. L’impact sur la paire EURGBP fut faible avec une quasi-stagnation du cross en évolution hebdomadaire. Il est probable que dans les semaines à venir, la paire va évoluer au gré des sondages qui, pour l’instant, donnent une avance certaine au Parti Conservateur du Premier ministre sortant Boris Johnson. L’autre évènement fut la transition à la tête de la BCE avec l’entrée officielle en fonction de Christine Lagarde, en remplacement de Mario Draghi. Elle va faire face à un environnement macroéconomique compliqué : taux de dépôt à -0,5%, rachats d’actifs qui atteignent 2600 milliards d’euros, prix à la consommation à 0,7% (soit loin de la cible des 2%), inflation sous-jacente (c’est-à-dire hors alimentation et prix de l’énergie) à 1,1%, et indice PMI composite pour la zone euro à 50,2, soit quasiment en contraction. Sauf accident macroéconomique d’ici la fin de l’année, nous nous attendons à ce que la BCE maintienne sa politique monétaire inchangée au cours des deux prochains mois. C’est seulement au début de l’année 2020 qu’elle pourrait ajuster son programme de rachats d’actifs.


Le point technique

L’analyse technique tend à corroborer le scénario de range que nous avons évoqué pour l’euro/dollar. La paire continue d’évoluer entre sa moyenne mobile à 50 jours et sa moyenne mobile à 200 jours. L’incapacité à clôturer vendredi dernier au-dessus des 1,1180 hypothèque un dépassement des 1,12 (et des 1,1250). Le cross devrait rester dans un marché indécis avec, pour borne basse, le support situé à 1,1090.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,10041,10901,12171,1324
EUR/GBP 0,85310,85840,86840,8730
EUR/CHF 1,09521,09861,10481,1076
EUR/CAD 1,43291,44001,47441,4952
EUR/JPY 119,63120,02121,14121,87

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

Le calendrier économique ne devrait pas permettre de lever cette incertitude. Le PMI manufacturier allemand pour le mois d’octobre est attendu en rebond à 41,9 mais reste toujours nettement en territoire de contraction. Seul point positif à mentionner, il semble que l’économie allemande pourrait éviter de justesse l’entrée en récession technique au troisième trimestre à la faveur d’une hausse des stocks. C’est le même scénario qui a prévalu pour le Royaume-Uni au début d’année. La première estimation du PIB allemand sera dévoilée la semaine prochaine.

En outre, l’IMS non manufacturier aux Etats-Unis devrait être encore bien orientée. Ce sera un autre argument en faveur d’une pause dans le processus de baisse des taux de la Fed. Jusqu’à présent, la faiblesse du secteur manufacturier n’a pas eu d’effet notable sur les services outre-Atlantique.
Enfin, rien à signaler du côté de la Banque d’Angleterre qui attend la sortie effective du Royaume-Uni de l’UE pour ajuster ses taux.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
04/1109:55PMI manufacturier (Octobre)Chiffre final attendu en légère hausse à 41,9.
05/1116:00ISM non manufacturier (Octobre)Rebond attendu à 53,2.
07/1113:00Décision de politique monétaireStatu quo monétaire à 0,75%.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.