Il n’y a pas d’alternative au billet vert

L'hebdo devises du 20 avril 2020

Le point macro

900 milliards de dollars, c’est le coût économique de la crise du coronavirus pour les années 2020-21 selon le FMI. Dans son rapport d’avril publié la semaine dernière, l’organisation internationale a mis à jour ses prévisions de croissance pour l’année en cours. Rien de réjouissant. L’économie mondiale devrait connaître sa pire récession depuis 1929 (-3%). La récession devrait être de forte ampleur dans les principales économies : Etats-Unis -5,9%, Japon -5,2% et Union Européenne -7,5%. Parmi les pays majeurs, seuls l’Inde et la Chine devraient avoir une croissance positive, mais qui sera sous les 2%. En supposant qu’il n’y ait pas de deuxième vague du virus et que les politiques monétaires et budgétaires mises en œuvre soient efficaces, le FMI table sur un rebond de la croissance mondiale de l’ordre de +5,8% l’an prochain.
Avant de poursuivre sur le point technique, nous tenons à vous rappeler que nous organisons mercredi 22 avril à 11h30 un webinar exceptionnel sur la situation liée au Covid-19. Préparé conjointement par notre économiste et notre responsable salle de marché, il aura pour objectif de vous donner des informations pertinentes sur la crise et vous aider à piloter votre risque de change dans ce contexte particulier. Nous aborderons notamment les thèmes suivants :

  • État des lieux : les informations clés sur cette crise inédite.
  • Perspectives : à quoi s’attendre dans les prochains mois ? Analyse sur les principales paires de devises.
  • Bonnes pratiques : gérer votre risque de change en temps de crise et dans un marché volatil.

Pour s’inscrire, c’est ici :

Participer au webinar

Le point technique

Au regard des prévisions du FMI et des récents indicateurs économiques qui ont été publiés, notamment concernant l’évolution du chômage et de la demande, il n’y a pas vraiment d’autre alternative que le dollar américain pour se protéger contre les risques liés au coronavirus. Le Dollar Index, qui suit l’évolution de la monnaie américaine par rapport à un panier de devises majeures, est en progression de près de +3,6% depuis le début de l’année. Autre signe du repli des cambistes sur le billet vert : en se basant sur la parité de pouvoir d’achat, le dollar est surévalué de près de 23% face à l’euro.

Nous n’anticipons pas de renversement de tendance à moyen terme. Le biais baissier sur l’EURUSD, demeure. Une cassure du support situé à 1,07 constituera un nouveau signal de vente en direction de notre objectif situé à 1,06-05.

Toutefois, comme nous l’indiquions la semaine dernière, tant qu’il n’y aura pas d’élément différenciant concernant la situation économique et/ou sanitaire aux Etats-Unis ou en zone euro, la paire devrait continuer d’évoluer dans son range de long terme entre 1,07 et 1,12.

La baisse de l’euro se poursuit également face au yen japonais qui bénéficie de son statut de valeur refuge. Un temps évoqué, une intervention de la Banque du Japon pour limiter la hausse de la monnaie nippone ne semble plus d’actualité. Depuis le début de l’année, la paire EUR/JPY a perdu près de 4%. En extension, la baisse pourrait conduire la paire vers ses niveaux de 2016, autour des 115 yens pour un euro.

Le cadre reste inchangé pour l’EUR/CHF du fait des interventions importantes de la Banque Nationale Suisse (BNS) qui continuent à un rythme élevé. Sur les trois dernières semaines, en se basant sur l’évolution des dépôts auprès de la BNS, celle-ci a dépensé près de 23 milliards de francs pour éviter que le seuil stratégique des 1,05 ne soit enfoncé. La détermination des autorités helvétiques est intact, ce qui signifie que ce niveau sera défendu à tout prix.

Enfin, l’EUR/CAD a fait quasiment du surplace la semaine passée. Le dollar canadien n’a pas bénéficié de l’accord de baisse de la production signé par les membres de l’OPEP. Pour l’instant, aucune hausse du prix du baril de pétrole (Brent et WTI) n’est à l’horizon car l’excès d’offre sur le marché va demeurer encore pendant au moins quelques semaines. Cela hypothèque pour le moment toute possibilité de rebond du CAD.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,05171,07021,10711,1256
EUR/GBP 0,83450,85120,89310,9071
EUR/CHF 1,03401,04771,06171,0733
EUR/CAD 1,48471,50721,53941,5522
EUR/JPY 114,49115,67119,37120,14

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

La semaine qui commence sera encore marquée, comme vous le voyez au niveau du calendrier économique, par une myriade de statistiques qui seront aussi mauvaises les unes que les autres. Cependant, comme nous l’avons constaté depuis une quinzaine de jours, les indicateurs ont un rôle moindre dans l’évolution des taux de change. Le marché a compris qu’aucune bonne nouvelle n’est à attendre sur le front économique avant plusieurs mois.

La réunion du Conseil Européen, qui réunit les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE, sera l’occasion de rappeler à quel point l’Europe est divisée sur la gestion de la crise. Jeudi soir, le Conseil doit valider les décisions prises par l’Eurogroupe qui portent sur un soutien à l’économie pouvant aller jusqu’à 540 milliards d’euros. Ce sera validé. En revanche, d’importantes dissensions devraient surgir à propos des mesures nécessaires pour faire face à la période de reconstruction économique. Les pays du Sud, soutenus par la France, militent en faveur d’un mécanisme de mutualisation de la dette qui est catégoriquement rejeté par les pays du Nord. On renoue avec le même psychodrame qu’en 2012. La seule différence, c’est que le risque politique en Europe reste pour l’instant contenu grâce à l’intervention de la BCE, et a peu d’effet sur le taux de change de l’euro.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
21/0411:00Indice ZEW (Avril)Chute du sentiment économique attendue à -43 en avril.
23/0409:30PMI manufacturier (avril)Nouvelle baisse à 39,6 selon le consensus.
SoiréeRéunion du Conseil EuropéenValidation des mesures prises par l’Eurogroupe et discussions à propos d’un fonds de relance post-crise.
24/0410:00Deuxième estimation de l’IFO (avril)Baisse prévue du climat des affaires à 77,2.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.