Les risques baissiers demeurent pour l’euro

L'hebdo devises du 01 juin 2020

Le point macro

C’est le bon moment pour faire un bilan du mois de mai. L’euro a réussi à regagner du terrain face à ses principales contreparties, y compris le dollar américain, malgré le contexte économique défavorable. Plusieurs facteurs semblent expliquer la hausse de la monnaie unique. Premièrement, les cambistes prêtent peu attention pour le moment aux données macroéconomiques. L’ampleur de la récession risque d’être plus élevée en Europe qu’ailleurs mais ce n’est pas encore un facteur différenciant au niveau des taux de change. Deuxièmement, l’euro semble aussi profiter du fait que le pic de la pandémie ait été atteint sur le continent alors que la crise sanitaire continue de s’amplifier aux Etats-Unis, où on recense désormais 100 000 morts, et en Amérique latine (Brésil en tête). Troisièmement, l’Europe a agréablement surpris ces deux dernières semaines. L’ambitieuse proposition franco-allemande pour soutenir les pays du Sud qui a largement inspiré le plan de relance présenté la semaine dernière par la Commission Européenne a permis d’améliorer sensiblement le sentiment à l’égard de la monnaie unique. Rappelons que c’est un paquet de soutien d’un montant total de 750 milliards d’euros comprenant à la fois des subventions et une petite partie de prêts qui a été dévoilé par la Commission.

Néanmoins, les risques baissiers demeurent pour la monnaie unique. A très court terme, il n’est pas improbable que l’engouement initial provoqué par le plan de relance européen fasse pschitt. En effet, plusieurs semaines voire plusieurs mois d’intenses négociations au sein de l’UE vont commencer qui vont peut être conduire à diluer le projet initial et à le rendre moins ambitieux. Ajoutons aussi qu’un accord prendra du temps. La Commission Européenne parle d’un accord en juillet mais la chancelière allemande Angela Merkel évoque plutôt l’automne. De fait, la capacité de réaction de l’UE pour faire face à la crise et notamment permettre aux pays du Sud largement dépendants des revenus du tourisme de ne pas être mis en difficulté est réduite. L’autre facteur, qui jusqu’à présent est négligé, est l’essor du risque géopolitique, à travers l’augmentation des tensions sino-américaines. La semaine dernière, lors de sa session annuelle, l’Assemblée nationale populaire de Chine a adopté une disposition controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong qui a de nouveau conduit à un regain de tensions avec Washington. En réaction, les Etats-Unis ont retiré à l’ancienne colonie son statut commercial spécial, ce qui a fait bondir les autorités chinoises. Les deux pays sont engagés dans une escalade inévitable et se préparent à une nouvelle et longue guerre froide avec deux foyers de tensions majeurs : Hong Kong et Taiwan. Pour juger de l’état des relations entre les deux superpuissances, le meilleur baromètre à surveiller est le taux de change du yuan. Depuis plusieurs jours, la monnaie chinoise s’est dépréciée face au dollar américain, indiquant que la Chine est prête à laisser filer sa devise en représailles aux attaques américaines. Pour l’instant, la glissade du yuan est faible, mais si elle devait être plus importante, cela pourrait conduire à de fortes répercussions sur l’ensemble du marché des changes (répercussions négatives pour l’euro) et à un bond soudain de la volatilité.


Le point technique

Du point de vue de l’analyse technique, l’euro, après plusieurs tentatives infructueuses au cours des semaines passées, a réussi à franchir la résistance à 1,10 face au dollar américain, essentiellement en réaction au plan de relance de la Commission Européenne. Nous voyons cette hausse plutôt comme une opportunité d’acheter des dollars à bon compte. En effet, rien n’indique que le mouvement haussier soit durable, qu’on se base sur les indicateurs techniques (comme les moyennes mobiles) ou le contexte économique. Nous continuons de viser le bas du range dans lequel évolue la paire, c’est-à-dire le niveau des 1,0785.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,07851,09001,12001,1321
EUR/GBP 0,87400,88460,90580,9164
EUR/CHF 1,04291,05081,07421,0899
EUR/CAD 1,50961,51831,53411,5411
EUR/JPY 114,42115,88119,99122,77

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

Cette semaine sera essentiellement marquée par la réunion de la Banque Centrale Européenne (BCE) jeudi. Plusieurs membres du Conseil des Gouverneurs ont ouvert la porte au cours des dernières jours à de nouvelles mesures de soutien à destination de l’économie européenne. Il n’y a pas beaucoup de débat parmi les analystes et économistes : la BCE devrait augmenter son programme d’achats d’actifs pour faire face à la pandémie de 500 milliards d’euros, ce qui le porterait à 1250 milliards d’euros. En outre, une extension du programme est prévisible jusqu’au mois de septembre 2021. Il n’est pas exclu également que la BCE évoque également d’autres mesures, comme une nouvelle baisse du taux auquel elle propose du crédit aux banques ou une augmentation des rachats de dette supranationale (par exemple la dette de l’UE) mais cela ne devrait pas être au cœur du paquet de soutien dévoilé dans trois jours.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
01/0616:00Indice ISM manufacturier (Mai)Léger rebond attendu à 42,5.
02/0609:55PMI manufacturier (Mai)Le consensus table sur une nouvelle chute à 34,4 du fait de l’impact des mesures de confinement.
03/0614:15Enquête ADP sur l’emploi américain (Mai)Consensus à -9.000K.
16:00Indice ISM non manufacturier (Mai)Rebond prévu à 44,2.
16:00Réunion de la banque centraleStatu quo monétaire attendu à 0,25%.
04/0613:45Réunion de la banque centraleLa BCE devrait annoncer une augmentation de 500 milliards d’euros de son programme de rachats d’urgence face à la pandémie (PEPP) et une extension jusqu’en septembre 2021.
05/0614:30Taux de chômage (Mai)Le taux de chômage devrait de nouveau bondir, à 19,8% en mai, et continuer sur cette tendance au moins pendant tout l’été selon plusieurs membres de la Fed. Un pic à 30% pourrait être atteint rapidement.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.