L’EUR/USD reste pour l’instant de marbre face à l’effondrement économique

L'hebdo devises du 11 mai 2020

Le point macro

La paire EUR/USD a seulement perdu 0,3% lors de la semaine écoulée malgré une dégradation économique sans précédent qui aurait pu logiquement être plus favorable aux valeurs refuge, notamment le dollar américain. Il semble que le marché des changes prête assez peu attention au tsunami de mauvais indicateurs qui tombent quotidiennement.

Le réveil pourrait être brutal. Du point de vue économique, un tel effondrement économique n’avait jamais été vu. Aux Etats-Unis, l’économie a détruit plus de 20 millions d’emplois en avril ce qui a poussé le taux de chômage à 14,7% contre 4,4% un mois plus tôt. Du fait du confinement, c’est le secteur des services qui a été le plus pénalisé : plus de 7 millions d’emplois perdus dans les loisirs et l’hôtellerie, près de 2,5 millions dans l’éducation et la santé et 2,1 millions dans le commerce de détail. Selon plusieurs membres de la Réserve Fédérale, le taux de chômage devrait rapidement grimper vers 20% pour éventuellement atteindre un pic proche de 30%.

Les indicateurs en provenance de Chine, qui a été le premier pays touché par la pandémie et le premier à s’en sortir, ne sont pas rassurants. Les capacités de production des entreprises sont rapidement revenues à la normale mais la consommation reste morose. Les ventes au détail ont chuté de 15,8% en mars en glissement annuel et les dépenses au restaurant ont plongé de près de 50% sur la même période. Beaucoup de boutiques sont encore désespérément vides, y compris dans la capitale Pékin. Ce phénomène s’appelle l’effet d’hystérèse. Bien que la pandémie ait disparu, elle continue d’avoir un effet notable sur les comportements de consommation et d’épargne. Tout porte à croire qu’une reprise en V – rapide – soit une chimère. Le scénario vers lequel nous nous dirigeons est celui d’une reprise en U, donc très graduelle et qui pourrait être freinée dans l’éventualité d’une nouvelle vague de la pandémie à l’automne.


Le point technique

Sur le marché des changes, nous ne nous attendons pas à des mouvements majeurs cette semaine sur l’EUR/USD qui reste dans son range de long terme. Les tentatives de rebond ont bloqué sur la résistance psychologique à 1,1000. La tendance baissière à moyen terme, en direction de notre cible à 1,06, est toujours confirmée par les moyennes mobiles à 100 jours et à 200 jours. Le niveau clé à la baisse à surveiller dans les jours à venir est le support situé à 1,0727.

L’EUR/CHF est également en ligne de mire. Bien que la paire ait peu évolué récemment (stagnation en variation hebdomadaire et baisse de seulement 0,22% sur un mois), il devient de plus en plus difficile et coûteux pour la Banque Nationale Suisse (BNS) de maintenir le taux plancher situé à 1,05. En se basant sur le rapport de la CFTC (Commodity Futures Trading Commission), les positions longues (acheteuses) sur le franc suisse n’ont jamais été aussi élevées depuis 2008 – soit lors de la dernière crise financière. Cela implique que la BNS va être contrainte d’accroître ses interventions quasi-quotidiennes sur le marché pour éviter une cassure sous les 1,05. Dans l’immédiat, la banque centrale a les moyens d’agir mais si la crise est plus durable que prévu, de plus en plus de cambistes vont s’interroger sérieusement sur sa capacité à conserver le niveau des 1,05.

Enfin, la paire EUR/JPY continue sa baisse, comme nous l’anticipions, avec un repli de 0,8% sur la semaine dernière et une cassure du niveau des 115. L’incertitude économique favorise évidemment le repli sur le yen, qui sert de valeur refuge, mais ce n’est pas le seul paramètre à prendre en compte. Le retour tonitruant de la guerre commerciale sino-américaine en premier plan est aussi un facteur décisif qui devrait continuer de pousser l’EUR/JPY vers ses points bas de 2016 (vers les 113 avant une attaque des 111). Comme l’élection présidentielle américaine est seulement dans quelques mois, le président Trump va probablement essayer d’accroitre les tensions avec la Chine afin de mobiliser ses électeurs et d’essayer de créer une sorte d’union nationale autour de sa personne. La grande thématique à venir risque d’être de nouveau la guerre commerciale.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,05181,07271,10001,1145
EUR/GBP 0,85010,86270,88330,8877
EUR/CHF 1,03961,04801,06501,0735
EUR/CAD 1,43911,48721,56521,5833
EUR/JPY 113,00114,54118,30119,21

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

Cette semaine sera particulièrement calme sur le front des statistiques. Aucune intervention des banques centrales à prévoir. Le seul indicateur à surveiller sera la publication des ventes au détail en mars outre-Atlantique. Le consensus table sur un chiffre horrifique : -10%. L’impact sur les taux de change devrait être faible. La macroéconomie ne sera certainement pas le facteur majeur d’évolution des devises cette semaine. Ce sera de nouveau la perception du risque.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
13/0508:00PIB trimestriel au T1Contraction du PIB attendue comme dans les autres pays européens.
15/0508:00PIB trimestriel au T1Contraction prévue du PIB.
14:30Ventes au détail (Mars)Effondrement attendu à -10% contre -8,4% précédemment.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.