L'euro flanche

L'hebdo devises du 10 février 2020

Le point macro

L’euro connait un mauvais démarrage 2020 face aux valeurs refuge. Depuis le 1er janvier, la monnaie unique a perdu 2,30% face au dollar américain, 1,50% face au franc suisse et 1,30% face au yen japonais. Comme nous l’anticipions, la semaine passée a confirmé que le principal baromètre du marché reste l’évolution de la perception du risque en lien avec le coronavirus chinois. Les estimations se succèdent pour essayer d’estimer l’impact économique de la crise sanitaire mais, à ce stade, ces estimations sont considérées comme peu fiables faute d’accès aux données chinoises. En effet, la Chine a annoncé reporter de plusieurs semaines la publication de la plupart de ses statistiques, notamment concernant la balance commerciale.

L’euro a aussi été pénalisé par des chiffres médiocres en Europe. Les commandes industrielles en Allemagne ont affiché leur plus fort repli depuis 2009. En variation annuelle, la contraction est de 8,7% et, en variation mensuelle, elle atteint 2,1%. En outre, la fin d’année 2019 a aussi été marquée par un ralentissement en France, avec un effondrement de la production manufacturière en décembre de -2,6%. Même si l’Europe apparait moins exposée aux aléas du coronavirus que l’Asie, les investisseurs restent sceptiques sur les perspectives de croissance pour le Vieux-Continent en 2020.

A l’inverse, l’économie américaine reste toujours bien orientée, en particulier le marché de l’emploi. L’enquête ADP a confirmé la création de 291 000 emplois en janvier tandis que le rapport NFP, plus surveillé par les cambistes, a affiché un résultat honorable, mais inférieur au consensus, à 225 000 nouveaux postes. L’économie américaine a connu déjà 112 mois consécutifs de hausse de l’emploi. La dynamique toujours positive conforte la stratégie de statu quo de la Réserve Fédérale américaine.

La semaine passée a aussi été marquée par un rééquilibrage de la paire EUR/GBP. La monnaie unique a grimpé de près de 0,80% du fait du retour des inquiétudes à propos des négociations commerciales entre le Royaume-Uni et l’UE à 27. Même si le positionnement des traders reste massivement à l’achat sur le GBP (Rapport Commitment of Traders), le risque politique va certainement aboutir dans les semaines et dans les mois à venir à des regains de tension temporaires sur la paire qui pourraient profiter à l’euro. La principale zone de risque que nous avons identifiée se situe sur la période juin/juillet 2020 qui correspond à la date limite imposée à Londres pour demander une extension de la période de transition.


Le point technique

Du point de vue de l’analyse technique, les dernières séances confirment sans conteste notre biais baissier sur l’EUR/USD. La paire a connu cinq semaines de baisse sur les six dernières semaines. La cassure des moyennes mobiles à 50 jours et à 200 jours ainsi que le maintien élevé de l’aversion au risque ont conduit à des mouvements de vente massive. Notre prochain objectif se situe désormais à 1,09. La baisse conséquente de l’euro pourrait de nouveau conduire le président Trump à s’attaquer à la BCE et à accuser l’Europe de manipuler sa monnaie. Il faudra donc rester vigilant dans les séances à venir concernant toute prise de parole intempestive du locataire de la Maison Blanche.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,09001,09401,11311,1166
EUR/GBP 0,83250,83630,85260,8626
EUR/CHF 1,05521,06251,07301,0770
EUR/CAD 1,42041,44111,47561,4825
EUR/JPY 119,50119,87120,52120,80

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

L’agenda économique de cette semaine est particulièrement peu étoffé.. Les réunions des banques centrales sont désormais derrière nous tout comme les statistiques majeures, notamment l’emploi américain. Le seul chiffre à surveiller du coin de l’oeil concernera le PIB allemand au quatrième trimestre qui sera publié le 14 février. Son impact sur le marché des changes devrait être très faible. L’Allemagne a pour particularité de publier son estimation de croissance annuelle, avant son estimation de croissance pour le quatrième trimestre. Nous savons déjà que l’économie allemande a connu une année 2019 médiocre (+0,6%) donc le PIB au quatrième trimestre sera un non-évènement.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
13/0214:30IPC core (Janvier)Hausse attendue à 0,2% en variation mensuelle.
14/0208:00PIB (T4)Consensus à 0,1%.
14:30Ventes au détail (Janvier)Hausse à 0,3% en variation mensuelle.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.