Marché des changes : la loi du talion

L'hebdo devises du 08 juillet 2019

Le point macro

Une colombe à la tête de la BCE. La nomination de la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, à la tête de la BCE a été bien accueillie par les cambistes. Bien qu’elle se soit peu exprimée sur la politique monétaire, les rares fois où elle l’a fait, comme en 2013, à l’invitation de la Fed de Kansas City, elle a systématiquement loué les politiques monétaires accommodantes et soutenu les taux d’intérêt négatifs. Elle s’inscrit dans la continuité de Mario Draghi, ce qui a rassuré nombre d’intervenants du marché. En revanche, une colombe à la présidence de la BCE indique que la probabilité de baisse des taux et/ou de reprise du programme de rachats d’actifs (QE) augmente, a fortiori dans un contexte économique négatif. Les dernières statistiques en provenance d’Allemagne, en particulier la forte contraction des commandes industrielles en mai, font craindre une entrée en récession de la première économie européenne. Ce panorama européen contraste nettement avec la solidité de pans entiers de l’économie américaine, comme le marché du travail qui a créé 244 000 emplois en juin dernier. Par ricochet, l’euro s’est affaibli face au dollar, en perdant sur la semaine dernière près de 1,43%, mais il a réussi à préserver le niveau des 1,12.

Le risque de guerre des devises se confirme. La nomination de Christine Lagarde n’a pas dû plaire à l’administration Trump. Dans un tweet, la semaine passée, le président américain a accusé l’Europe et la Chine de manipuler leur taux de change au détriment des Etats-Unis. En l’espace de quelques semaines, il s’agit de la deuxième attaque frontale de la part du Washington sur la question des monnaies. Nous continuons de penser que le troisième pan de la guerre commerciale (après les déséquilibres de la balance commerciale et la guerre technologique) risque d’être une guerre des devises. A la fin des années 80, l’administration Reagan avait ordonné, par décret, à la Réserve Fédérale de New York d’intervenir sur le marché des changes, en vendant des dollars et en achetant d’autres monnaies (yen, deutsche mark, livre sterling) afin de faire baisser le niveau de l’USD. Il n’est pas du tout exclu que l’administration actuelle décide d’agir de la même manière si le dollar index, actuellement autour de 95, continue de rester à un niveau jugé trop élevé.

Le dollar canadien profite du découplage de politique monétaire. Depuis le début de l’année, le CAD a gagné 4,3% face à l’USD et 5,6% face à l’euro, ce qui constitue l’une des performances les plus solides parmi les devises du G10. Le différentiel de taux d’intérêt et d’évolution de la politique monétaire entre le Canada d’un côté, et les Etats-Unis et la zone euro de l’autre, favorise le taux de change du CAD. Toutefois, cette hausse pourrait être de courte durée. Si la Fed annonce une baisse préventive de ses taux à la fin du mois, il est hautement probable que la Banque du Canada s’aligne, comme elle l’a fait systématiquement par le passé.


Le point technique

L’EUR/USD reste toujours soutenu à moyen terme par des facteurs structurels, comme l’évolution des flux de capitaux, et par la perspective que la Fed dégaine la première pour baisser ses taux. Cependant, les mauvaises nouvelles concernant l’Allemagne commencent à inquiéter. Du point de vue de l’analyse technique, l’euro a entamé un pullback baissier après avoir atteint un pic fin juin à 1,1415. A court terme, l’euro reste dans une zone d’indécision qui pourrait entrainer un nouvel excès baissier vers les 1,1184 s’il n’y a pas prochainement de bonnes nouvelles sur la conjoncture européenne.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,10541,11841,14071,1443
EUR/GBP 0,88780,89160,89930,9031
EUR/CHF 1,10201,10601,11431,1186
EUR/CAD 1,43571,45621,50051,5125
EUR/JPY 119,94121,18123,18123,66

Face au dollar canadien, l’euro a un potentiel baissier depuis la cassure du support de long terme situé à 1,4765 la semaine dernière. Même si certains indicateurs, comme le RSI, invitent à la prudence, la prochaine cible devrait être très clairement à la baisse pour la paire, au niveau du support situé à 1,4562.


Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

Du point de vue du calendrier économique, cette semaine sera plutôt calme. Les derniers chiffres du marché du travail américain brouillent un peu les cartes sur l’évolution à court terme de la politique monétaire américaine. Le compte-rendu de la Fed attendu ce mercredi pourrait permettre d’y voir plus clair et de confirmer l’optique d’une baisse des taux ce mois-ci. Une grande incertitude demeure cependant quant à l’ampleur – 25 ou 50 points de base.

Toujours du côté des banques centrales, la Banque du Canada va probablement confirmer le maintien de ses taux inchangés à 1,75%, avec un impact faible à attendre sur l’EUR/CAD.

Enfin, le compte-rendu de la dernière réunion de la BCE sera publié ce jeudi. Il n’y aura pas de vrai enjeu pour les changes car il nous parait évident que la banque centrale ne va pas se précipiter pour mettre en œuvre de nouvelles mesures de soutien. A minima, il ne faut rien attendre à ce propos d’ici à la rentrée.

Le mot de la fin va concerner les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis qui vont de nouveau débuter cette semaine, d’abord par échanges téléphoniques, avant éventuellement d’envisager des rencontres à Pékin et à Washington. Là encore, c’est un sujet de longue haleine.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
10/0716:00Réunion de la banque centraleStatu quo avec maintien des taux à 1,75%
20:00Compte-rendu de la dernière réunion de la banque centraleTous les indices évoquant une possible baisse des taux seront surveillés de près.
11/0713:30Compte-rendu de la dernière réunion de la banque centraleDiscussions plutôt techniques portant sur le programme de soutien aux banques de second rang (TLTRO)

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.