Marché des changes : la rentrée de la BCE

L'hebdo devises du 09 septembre 2019

Le point macro

Les acheteurs ont remporté la première manche la semaine dernière avec une paire EUR/USD qui a fini sur une appréciation de 0,23% vendredi. La cassure du seuil psychologique des 1,10 fin août a incité à des achats à bon compte mais le biais baissier reste toujours d’actualité, a fortiori si la BCE annonce ce jeudi un nouveau bazooka monétaire. Ces achats à bon compte ont complètement éclipsé l’actualité macroéconomique, qui était faible, mais celle-ci a confirmé les risques soulevés aux cours des derniers mois, en particulier celui d’une récession technique en Allemagne sur le T2-T3.

L’audition de Christine Lagarde, qui convoite le poste de président de la BCE, actuellement occupé par Mario Draghi, n’a pas fourni beaucoup d’indications sur l’évolution de la politique monétaire en zone euro. Elle a une nouvelle fois confirmé son soutien à tout l’éventail de mesures dévoilées depuis 2014, dont le programme de rachats d’actifs et les taux de dépôt négatifs. Seule évolution à la marge par rapport à Mario Draghi, elle a souligné le rôle de la banque centrale dans le changement climatique.

En outre, on notera l’impact faible sur la paire EUR/USD du rapport sur l’emploi américain pour le mois d’août qui a été jugé décevant, avec seulement 130 000 créations de nouveaux postes. La paire a à peine bougé, de l’ordre de 40 pips sur la séance. Ce rapport valide en tout cas le scénario déjà évoqué d’une baisse de taux de la banque centrale américaine lors de sa réunion du 18 septembre prochain.

La volatilité était d’un tout autre ordre sur la paire EUR/GBP. Les errements de la politique britannique se sont traduits par une poursuite de la baisse de l’euro face à la livre sterling (-0,86% sur la semaine). La perspective d’un éloignement du no-deal Brexit a incité les investisseurs à se porter de nouveau acheteurs sur le GBP. Toutefois, ces achats opportunistes ne traduisent pas un changement réel de sentiment du marché à l’égard de la monnaie britannique. De notre point de vue, la tendance reste toujours à la baisse tant le méli-mélo actuel est devenu incompréhensible. Un nouveau vote du Parlement britannique est prévu aujourd’hui pour statuer sur l’éventualité d’une élection législative anticipée.

Enfin, l’euro a continué de baisser face au CAD mais dans une ampleur limitée (-0,72% sur la semaine écoulée). La bonne tenue du CAD s’explique essentiellement par le différentiel de taux entre le Canada et la zone euro. Le maintien d’un taux inchangé par la banque centrale canadienne la semaine passée, à 1,75%, contribue à des stratégies de carry trade qui favorisent un dollar canadien fort. Ce n’est pas amené à durer car, à l’instar de ses consœurs, la Banque du Canada n’aura pas d’autre choix que de s’orienter dans les mois à venir vers une politique monétaire plus accommodante.


Le point technique

Au niveau de l’analyse technique, l’enjeu va surtout concerner cette semaine l’EUR/USD du fait de la perspective de la BCE. A moyen terme, les arguments sont nombreux en faveur d’une poursuite de la baisse. L’euro évolue très nettement sous ses moyennes mobiles à 50 jours et à 200 jours, ce qui valide un scénario baissier vers les 1,0875 voire, en extension, 1,0795. Pour qu’il y ait un changement de sentiment sur la paire, il faudrait un franchissement de la zone des 1,1180-1,1200 qui n’est pas d’actualité pour le moment.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,08351,09081,11091,1238
EUR/GBP 0,88420,89500,91020,9167
EUR/CHF 1,06951,07861,09241,0970
EUR/CAD 1,41591,44281,47981,4964
EUR/JPY 115,56116,19118,83120,47

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

Cette semaine, la BCE va effectuer sa grande rentrée. La réunion de jeudi soulève des attentes importantes afin de surmonter le risque de récession technique en Allemagne et le risque de dés-ancrage des anticipations d’inflation. La crédibilité de la BCE est en jeu, elle doit absolument annoncer un nouveau bazooka monétaire afin de rassurer sur sa capacité d’action.

Nous tablons sur :

  • Une baisse du taux de dépôt de 20 points de base, ce qui semble faire consensus chez les analystes, mais avec un effet faible à attendre sur les anticipations d’inflation.
  • Une relance du QE (programme de rachats d’actifs) à hauteur de 45 à 60 milliards d’euros par mois pour une période de 12 mois.
  • La possible mise en place d’un système de tiering afin de compenser l’effet des taux négatifs sur la rentabilité du secteur bancaire. Toutefois, une annonce à ce propos est soumise à un consensus au sein du Conseil des gouverneurs qui risque d’être difficile à atteindre.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
09/0916:00Production manufacturière (juillet)Repli attendu à -0,1% sur un mois.
12/0913:45Déclaration de politique monétaire de la BCEAnnonce probable d’une relance du QE et d’une baisse du taux de dépôt de l’ordre de 10 à 20 points de base.
14:30Conférence de presse de la BCEInduit en général une forte volatilité sur les paires en EUR.
13/0914:30Ventes au détail (août)Baisse à 0,3% sur un mois contre 1,0% précédemment.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.