Mauvaise passe pour l'Euro

L'hebdo devises du 13 janvier 2020

Le point macro

L’EUR/USD entame l’année sur une note négative avec une baisse de près de 1% depuis le 1er janvier et de 0,5% sur la semaine dernière. La concomitance entre la résurgence du risque géopolitique au Moyen Orient et de mauvais indicateurs de part et d’autre de l’Atlantique ont pénalisé la monnaie unique. En Allemagne, la récession du secteur industriel vient d’atteindre son sixième trimestre consécutif. Aux Etats-Unis, l’emploi américain a déçu. Les créations d’emplois en décembre sont ressorties nettement sous le consensus, à 145K, contre 153K prévu par les économistes. Dans le détail, la croissance des salaires est à son plus bas niveau depuis 17 mois tandis que le secteur manufacturier a de nouveau détruit des emplois en décembre après un mois de novembre en positif. Ces chiffres confirment le ralentissement à l’œuvre de l’économie américaine qui devrait se poursuivre sur toute l’année 2020.

Face aux tensions géopolitiques, le franc suisse a servi de valeur refuge avec une appréciation de 0,30% face à l’euro lors de la semaine dernière. Ce mouvement de hausse est assez typique, mais il est important de noter que la baisse de l’euro face au franc suisse avait débuté dès décembre et peut s’expliquer par une liquidité plus faible sur le marché des changes en fin d’année. Comme souvent dans ce genre de situation, les regards se sont tournés vers la Banque Nationale Suisse (BNS). Si on regarde la publication des dépôts à vue hebdomadaires auprès de la BNS au 1er janvier, on observe une très forte hausse de ces dépôts, ce qui signifie qu’elle est intervenue sur le marché, ce qu’elle n’avait pas fait, ou dans des proportions minimes, depuis l’été dernier. Elle a, semble-t-il, voulu défendre le seuil symbolique de 1,08 franc par euro et ainsi limiter l’appréciation de la devise helvétique. Même si la banque centrale a une marge de manœuvre relativement limitée, cette intervention rappelle qu’elle se tient prête à racheter des euros à tout moment si elle juge le niveau du CHF trop fort. De notre point de vue, l’appréciation du franc ne devrait pas se poursuivre à moyen terme du fait d’une atténuation des tensions géopolitiques et surtout d’un léger mieux au niveau de l’économie européenne, ce qui devrait profiter à l’EUR/CHF.

L’euro a également continué de perdre du terrain face à la livre sterling (-0,50% sur la semaine dernière). Bien que les spéculations continuent dans les salles de marché sur le fait que les discussions commerciales entre l’UE et le Royaume-Uni ont de fortes chances de ne pas aboutir dans le délai imparti, la confirmation de la date de sortie du pays de l’UE à fin janvier continue d’apporter du soutien à la monnaie britannique. De plus, pour la première fois depuis plusieurs années, la Banque d’Angleterre vient de sortir de son silence et indique une évolution prochaine de sa politique de taux d’intérêt. Le gouverneur Mark Carney, qui va bientôt quitter son poste, a indiqué que l’institution étudie la possibilité de soutenir davantage la croissance britannique. En cas de baisse des taux, une inflexion baissière de la livre sterling est probable.


Le point technique

Du point de vue de l’analyse technique, l’euro est engagé dans un mouvement baissier face à ses principales contreparties (GBP, CHF, CAD et USD). Une cassure de la zone des 1,11, qui correspond au niveau de la moyenne mobile à 50 jours, constituerait un nouveau signal baissier pour la paire EUR/USD, après le franchissement à la baisse de la moyenne mobile à 200 jours, située à 1,1160, il y a seulement quelques jours. Cela ouvrait la voie à un retour vers les 1,10.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,09461,10601,12241,1289
EUR/GBP 0,84040,84670,85750,8620
EUR/CHF 1,07781,08001,08951,0942
EUR/CAD 1,43341,44211,46251,4741
EUR/JPY 118,76119,69122,02123,43

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

Cette semaine, l’attention se tournera vers la Chine et les Etats-Unis qui doivent signer l’accord commercial de Phase 1 le 15 janvier. Les Etats-Unis ont suspendu les tarifs douaniers qui devaient entrer en vigueur en décembre et, en vertu de l’accord, certains tarifs seront abaissés. En outre, la Chine a accepté d’acheter davantage de produits agricoles et manufacturés américains. Le président Trump a déclaré que les achats chinois augmenteraient à 50 milliards de dollars par an. Cependant, Pékin n’a jamais confirmé de tels chiffres et est toujours resté vague sur les engagements pris. Les détails de l’accord restent donc très flous car le texte de l’accord n’a pas été rendu public. Par conséquent, tout peut arriver dans deux jours, une bonne surprise comme une mauvaise surprise. Dans tous les cas, cette signature constitue un premier pas positif avant que ne commencent les négociations portant sur la Phase 2.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
14/0114:30Inflation sous-jacente (Décembre)Stabilité attendue à 0,2% sur un mois.
15/01À définir
Signature de l’accord commercial de phase 1L’attention se portera sur les détails de l’accord puisque peu d’informations ont filtré et sur le champ des négociations à prévoir pour la phase 2.
16/0113:30Publication du compte-rendu de la dernière réunion de la BCEFaible intérêt étant donné que l’attention se concentre surtout le lancement de la revue stratégique afin de redéfinir le mandat de la BCE. Celle-ci ne devrait débuter que dans les semaines à venir.
14:30Ventes au détail (Décembre)Rebond attendu à 0,4% contre 0,1% précédemment.
17/0103:00PIB au quatrième trimestreStabilité prévue à 6% sur un an.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.