Retour à la case départ pour l’EUR/USD

L'hebdo devises du 13 avril 2020

Le point macro

L’euro/dollar a renoué avec le range dans lequel il a évolué presque sans discontinuer depuis l’été 2019, entre 1,07 et 1,12. Sur la semaine écoulée, la paire affiche un léger gain de 1,2% qui reflète surtout des mouvements techniques. Il n’y a pas eu de changements majeurs du point de vue économique.

Des deux côtés de l’Atlantique, les gouvernements et les banques centrales ont réaffirmé leur inclinaison à faire tout ce qui sera nécessaire pour restaurer la dynamique de croissance. La banque centrale américaine (Fed) a augmenté la fourniture en liquidité au marché pour un montant de 2300 milliards de dollars tandis que l’Eurogroupe (qui rassemble les ministres des finances de l’Union) a débloqué une enveloppe budgétaire de près de 500 milliards d’euros pour venir en aide aux pays les plus touchés par la crise du coronavirus et le confinement. De nouvelles mesures de soutien sont prévues dans les prochaines semaines. L’Union Européenne doit discuter à propos d’un fonds de secours qui va permettre la reconstruction et qui pourrait inclure une mutualisation de la dette (appelée coronabonds). Aux Etats-Unis, la Maison Blanche et le Congrès planchent sur un nouveau plan de soutien qui viendrait compléter celui de 2200 milliards de dollars voté fin mars.

Les différents indicateurs qui ont ponctué la semaine ont révélé l’ampleur de la crise. Les revendications hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont connu un nouveau bond, ce qui porte le nombre de demandeurs d’emplois ayant fait une demande d’allocation à plus de 16 millions en l’espace de trois semaines. Des données préliminaires en Europe confirment une tendance similaire. L’institut national des statistiques irlandais a indiqué que l’Irlande pourrait passer du plein-emploi à un taux de chômage au-dessus de 12% en l’espace de quelques semaines. A ce stade, nul n’est en mesure de savoir combien de temps va durer la pandémie et le confinement. Seuls de rares pays européens (Autriche et Danemark) ont dévoilé une stratégie de sortie. Aux Etats-Unis, selon la Maison Blanche, une réouverture des usines pourrait n’avoir lieu, au mieux, que début mai.


Le point technique

Tant qu’il n’y aura pas d’élément différentiant fort d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique, il est probable que l’EUR/USD devrait rester dans le range indiqué ci-dessus. Par élément différenciant, nous entendons notamment une série de chiffres économiques plus préoccupants pour les Etats-Unis ou la zone euro, ou encore une dégradation soudaine de la situation sanitaire. Nous maintenons notre biais baissier pour la paire à moyen terme car nous considérons que les Etats-Unis se rétabliront beaucoup plus vite que l’Union monétaire du choc économique. La force de frappe monétaire et budgétaire des Etats-Unis est sans équivalent. L’objectif des 1,06 reste donc valide.
L’EUR/CHF reste toujours dans la zone des 1,05 et, pour l’instant, les interventions répétées de la Banque Nationale Suisse (BNS) pour limiter l’appréciation du franc suisse semblent efficaces. Selon les dernières données disponibles, la BNS a dépensé plus de 6 milliards de francs suisses lors de la dernière semaine de mars pour conserver le seuil stratégique des 1,05.
L’EUR/GBP a perdu un peu de terrain (-0,4% sur la semaine écoulée) mais le mouvement d’appréciation de la livre sterling, en partie lié à des chiffres économiques britanniques temporairement meilleurs qu’en zone euro, est voué à ne pas durer. Le pays n’échappera pas à la récession qui sera sûrement d’ampleur similaire à celle de la France. Un retour de la paire vers les 0,90 est donc vraisemblable.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,05361,06711,10431,1279
EUR/GBP 0,83450,85950,90940,9344
EUR/CHF 1,03401,04171,06541,0733
EUR/CAD 1,49261,51321,56281,5918
EUR/JPY 114,15115,67119,39121,59

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

Cette semaine, l’actualité économique est a priori peu chargée. Le principal évènement figurant à l’agenda est la réunion de la Banque du Canada (BoC) qui aura lieu demain à 16h, heure de Paris.

Le marché table sur le maintien de taux à un point bas de 0,25%. Il est probable que la banque centrale attende d’avoir plus de données économiques sur l’ampleur de la crise avant d’agir de nouveau. Depuis le début du mois de mars, la BoC a abaissé à trois reprises ses taux directeurs et a lancé, à l’instar de quinze autres banques centrales, un programme de rachats d’actifs (aussi appelé QE, pour Quantitative Easing). Il est prévu qu’elle rachète des obligations souveraines à hauteur de 5 milliards de dollars canadiens par semaine jusqu’à ce que l’économie se stabilise.

Si le statu quo est confirmé, il faut s’attendre à un impact faible sur l’EUR/CAD.

Enfin, pour l’EUR/USD, la seule statistique d’intérêt sera l’indice manufacturier de la Fed de Philadelphie. Il ne s’agit pas d’un market mover, c’est-à-dire d’un indicateur susceptible d’entrainer de fortes variations sur le taux de change. Cela conforte notre vision selon laquelle l’EUR/USD devrait rester dans son range cette semaine.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
15/0416:00Réunion de la banque centraleMaintien des taux à un point bas de 0,25%.
16/0414:30Indice manufacturier de la Fed de Philadelphie (avril)Sans surprise, un nouveau plongeon est attendu à -26,0.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.