L'Euro reprend son souffle

L'hebdo devises du 2 mars 2020

Le point macro

L’euro a repris son souffle la semaine passée avec une hausse de près de 1,8% face au dollar américain alors que la panique boursière liée au coronavirus s’est intensifiée. La hausse de l’euro est quasi généralisée face aux principales monnaies. Ainsi, le taux de change de l’euro pondéré en fonction des échanges commerciaux, qui est surveillé de près par la Banque Centrale Européenne, a rebondi de près de 2,5%, atteignant un point haut depuis quatre mois. Le rebond de l’euro s’explique par la baisse du risque politique en Allemagne lié à la succession d’Angela Merkel, et également par la baisse de près de 15% du prix du baril de pétrole depuis le début de l’année qui devrait apporter un soutien à l’économie européenne.

Ajoutons que le rebond de l’euro reflète aussi un affaiblissement du dollar américain. La monnaie des Etats-Unis a été directement pénalisée ces dernières séances par la chute du taux de rendement des obligations américaines et par les anticipations de baisse des taux par la Réserve Fédérale. Alors qu’il y a encore quelques semaines de cela, la grande majorité des cambistes tablait sur une réunion les 17 et 18 mars aboutissant à un statu quo au niveau des taux, désormais près de 70% des intervenants de marché prévoient une baisse des taux de l’ordre de 25 points de base pour contrer les conséquences économiques du coronavirus sur la chaîne de production.

Comme c’est toujours le cas en période de crise et de choc exogène, les banques centrales sont sur le devant de la scène. Pour l’instant, le discours est quasiment identique du côté de la Réserve Fédérale (Fed), de la Banque Centrale Européenne (BCE) et de la Banque d’Angleterre (BoE). Il est encore trop tôt pour estimer l’effet économique de la crise sanitaire, mais il est probable que les prévisions de croissance pour 2020 soient revues à la baisse, ouvrant potentiellement la porte à des mesures monétaires de soutien.

De notre point de vue, seule une action de la Réserve Fédérale serait prompte à rétablir temporairement un semblant de sérénité sur le marché. La Banque Centrale Européenne et la Banque d’Angleterre devraient pour l’instant s’abstenir d’intervenir. L’impact économique négatif du coronavirus outre-Manche devrait être en partie compensé par le plan de relance budgétaire qui devrait être présenté par le gouvernement britannique le 11 mars prochain. En ce qui concerne la BCE, une nouvelle baisse des taux aurait assez peu de justification économique étant donné que les taux sont déjà à un niveau plancher. Si la situation économique dégénère, ce qui n’est pas encore le scénario de base, une des options sur la table serait d’ajuster le programme de rachats d’actifs afin d’accroître les rachats d’obligations d’entreprises, notamment de celles étant directement affectées par le choc d’offre et le choc sur la demande résultant du coronavirus.


Le point technique

La question qui se profile en ce début de semaine est de savoir si le rebond de l’euro est durable. Les indicateurs techniques indiquent que l’euro est dans une zone de surachat, ce qui n’est pas surprenant au regard du positionnement extrême des traders sur de nombreuses devises. De fait, nous anticipons plutôt une consolidation sous le seuil des 1,1000 cette semaine à condition que le dollar index se stabilise. Il est évident que le marché des changes restera encore très volatile et que les cours des paires en EUR vont évoluer au gré des annonces entourant le coronavirus.

Techniquement, les seuils à surveiller cette semaine pour l’EURUSD sont le support à 1,0865, qui correspond au point bas de la troisième semaine de février, et la zone de résistance autour de 1,1100. Il s’agit d’un range large étant donné le risque de forte volatilité.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,07961,08651,11041,1217
EUR/GBP 0,82220,82970,86250,8700
EUR/CHF 1,05761,05941,06721,0719
EUR/CAD 1,42831,43301,49001,5083
EUR/JPY 117,37119,20122,13123,23

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

Au niveau des annonces économiques, la réalité, c’est que les chiffres qui vont ponctuer la semaine, y compris l’emploi américain, vont complètement passer en arrière-plan du fait du coronavirus. Il faudra attendre la semaine prochaine pour commencer à avoir des données portant sur le mois de mars et reflétant avec plus d’exactitudes l’impact économique du coronavirus au niveau mondial. Il y a fort à craindre également que le mois de mars soit marqué par des ruptures dans la chaîne d’approvisionnement qui touchent directement l’Europe et les Etats-Unis et qui pourraient de nouveau créer de la panique sur les marchés.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
02/0309:55PMI manufacturier (Février)Le marché s’attend à un faible repli, à 45,2 contre 45,3.
16:00ISM manufacturier (Février)Retour en contraction attendu à 49,8. Le point d’importance sera de savoir si ce repli est lié à al crise du coronavirus.
04/0314:15Enquête ADP (Février)La dynamique de créations d’emplois est attendu en ralentissement à 191k le mois dernier.
16:00ISM non manufacturier (Février)Très bonne tenue du secteur des services avec un indice prévu à 55,5.
16:00Réunion de la banque centraleLa seule réunion de banque centrale de la semaine devrait aboutir à un maintien des taux inchangés à 1,75%.
06/0314:30Rapport sur l’emploi américain (Février)En ligne avec l’enquête ADP, le rapport NFP devrait confirmer un ralentissement de la dynamique de l’emploi en février, avec un chiffre à 178k contre 225k précédemment. Le taux de chômage devrait être stable à 3,6%.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.