Pire début d'année pour l'Euro depuis 2015

L'hebdo devises du 24 février 2020

Le point macro

L’euro affiche son plus mauvais début d’année face au dollar américain depuis 2015. Sur la semaine dernière, la monnaie unique a encore creusé ses pertes (-0,2%), soit une baisse de près de 3,6% depuis janvier. La chute de l’euro est généralisée depuis début 2020 face aux principales paires de devises et s’explique essentiellement par deux facteurs : le retour du risque politique en Europe concernant la succession de la chancelière allemande (on parle de hausse de la prime de risque) et surtout les anticipations que la zone euro figure parmi les zones économiques les plus fortement impactées par le ralentissement chinois résultant de l’épidémie de coronavirus. Ces craintes ne sont pas encore corroborées par les statistiques.

Les PMI flash pour février en Allemagne et en France sont ressortis meilleurs que prévu. Le PMI manufacturier allemand a atteint un point haut de 13 mois à 47,8 tandis que le PMI composite français s’est inscrit à 52,6 avec une forte progression du secteur des services. Il est certainement encore beaucoup trop tôt pour vraiment percevoir les conséquences du coronavirus sur la chaîne de production et d’approvisionnement. Pour l’Europe, ce seront les statistiques qui seront publiées en mars qui devraient vraiment révéler l’ampleur de l’impact économique. A ce stade, les cambistes sont surtout dans un mouvement de surréaction voire de panique, entrainant une baisse excessive de l’euro face aux autres monnaies et particulièrement face aux valeurs refuges.

Face à l’incertitude économique, le dollar reste la monnaie la plus recherchée sur le marché des changes. Le dollar index, qui mesure la valeur de l’USD par rapport à un panier de devises majeures, évolue désormais proche du niveau de 100, une première depuis avril 2017. Le franc suisse a également les faveurs des cambistes. La paire EURCHF a continué de perdre du terrain lors de la semaine dernière, avec un repli de 0,20%, soit une contre-performance de 2,30% depuis le début de l’année. La baisse de l’euro aurait certainement été beaucoup plus conséquente face au CHF ces dernières semaines s’il ne fallait pas compter avec les interventions régulières sur les changes de la Banque Nationale Suisse (BNS). Depuis mi-janvier, cette dernière a massivement racheté des euros pour limiter l’appréciation du CHF mais, contrairement à l’été dernier, ses interventions ne sont pas couronnées de succès. La paire évolue désormais proche du seuil des 1,06 et les pressions à la baisse continuent d’augmenter du fait du contexte international. La BNS n’a certainement pas dit son dernier mot mais il apparait évident qu’elle maitrise de moins en moins le taux de change du CHF.


Le point technique

Les indicateurs techniques confirment que l’euro a fait les frais de ventes massives ce qui, en théorie, peut ouvrir la porte à un rebond technique mais, en l’état actuel des choses, il y a peu de chances qu’il se produise. Le marché des changes est en train de réévaluer à la hausse le coût économique de l’épidémie de coronavirus, ce qui est négatif pour l’euro. La paire EURUSD est en phase de consolidation autour du niveau des 1,08 mais un nouvel excès baissier n’est pas exclu dans les séances à venir vers les 1,0740.

Le même schéma négatif prévaut pour l’EURCHF. Lors de la semaine passée, l’euro a trouvé une zone de soutien éphémère autour des 1,0620 mais elle n’a pas résisté longtemps aux pressions vendeuses. Si la paire chute durablement sous les 1,06, les cambistes auront pour prochain objectif la zone psychologique des 1,05, ce qui compliquerait d’autant plus la tâche de la BNS.

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,07401,07861,09171,1002
EUR/GBP 0,81580,82300,84390,8576
EUR/CHF 1,05481,05931,06981,0758
EUR/CAD 1,41951,42741,45081,4664
EUR/JPY 117,90118,40121,00122,32

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

Comme ce fut le cas la semaine passée, la thématique du coronavirus devrait rester le marqueur principal du marché des changes dans les séances à venir. Les statistiques vont être passées en arrière-plan, même si l’indice IFO, attendu ce matin, pourrait donner quelques indications sur les anticipations des investisseurs allemands concernant l’impact du coronavirus. Le consensus table sur un repli limité à 95,1. Il est probable que l’euro réagisse à cette annonce. A moins d’une bonne surprise venue de Chine, les prochaines semaines devraient être rythmées par des statistiques décevantes et un repli continu sur les valeurs refuges.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
24/0210:00Indice IFO du climat des affaires (Février)Baisse attendue à 95,1 sous l’effet des inquiétudes concernant le coronavirus.
25/0216:00Confiance des consommateurs du Conference Board (Février)L’indice devrait encore continuer d’augmenter à 132,4 sous l’effet d’un marché de l’emploi bien orienté et de la bonne tenue de la bourse.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.