L'euro s'effondre

L'hebdo devises du 17 février 2020

Le point macro

Série noire pour l’euro. La monnaie unique a affiché des pertes importantes face à ses principales contreparties lors de la semaine dernière. L’euro a atteint un point bas depuis juin 2016 face au franc suisse et un plus bas depuis 2017 face au dollar américain. Tous les paramètres étaient au rouge pour l’euro. L’accroissement du risque politique en Europe ainsi que les inquiétudes concernant l’impact économique du coronavirus sur le Vieux-Continent ont poussé les cambistes se positionner vendeur sur l’EUR.

A la surprise générale, le risque politique est venu d’Allemagne. La successeur désignée de la chancelière Angela Merkel, surnommée AKK, a décidé de jeter l’éponge, ce qui ouvre la porte à une longue compétition au sein du parti au pouvoir, la CDU, pour trouver un remplaçant. Alors que l’Allemagne a été au cours des dernières années un facteur de stabilité en Europe, elle est en passe de devenir un facteur d’instabilité et d’incertitudes du fait des récents déboires économiques et du retrait prochain d’Angela Merkel.

A cela, il faut aussi ajouter les inquiétudes renouvelées de la part des cambistes concernant l’impact économique du coronavirus. Même s’il est encore trop tôt pour mesurer avec exactitude les conséquences négatives pour la croissance, les investisseurs considèrent déjà que l’Europe, du fait de sa forte dépendance aux exportations vers la Chine, pourrait être la zone géographique la plus pénalisée par la crise sanitaire actuelle. Alors qu’il y a encore quelques semaines de cela, tout le monde anticipait que la Banque Centrale Européenne (BCE) maintienne sa politique monétaire inchangée tout au long de l’année 2020, le marché anticipe désormais de nouvelles mesures de soutien qui pourraient intervenir dès le mois de mars prochain. Nous ne partageons pas cette vision des choses. Une action dès le mois de mars parait prématurée. A cette occasion, la BCE pourrait revoir ses prévisions de croissance pour 2020 à la baisse, en lien avec le coronavirus, mais elle devrait attendre d’avoir les statistiques de février et de mars, notamment les enquêtes d’opinion auprès des chefs d’entreprises, avant de décider de l’opportunité éventuelle de nouvelles mesures. Si action de la BCE il devait y avoir, celle-ci devrait avoir lieu au plus tôt en avril prochain.

L’euro a également été pénalisé par le rallye de la livre sterling. La monnaie britannique a connu une envolée de près de 2% en variation hebdomadaire suite à la démission du chancelier de l’Echiquier (équivalent du ministre des Finances) et à son remplacement par Rishi Sunak, un ancien de la City apprécié des milieux d’affaires. Le marché a vu dans ce changement politique le signe que le Premier ministre Boris Johnson souhaite reprendre en main le ministère des finances afin de mener une politique budgétaire de relance qui devrait être présentée le 11 mars prochain. Les cambistes considèrent que le Premier ministre britannique va adopter une politique économique « trumpiste » consistant à abaisser la fiscalité et à accentuer les dépenses, notamment dans le domaine des infrastructures, afin de surmonter le risque économique posé par le Brexit. Cette analyse est assez cohérente et fait écho aux informations que nous avons pu glaner auprès des diplomates britanniques à Bruxelles.


Le point technique

Notre objectif à 1,09 sur l’EUR/USD a été atteint la semaine dernière. Du point de vue de l’analyse technique, tous les indicateurs sont unanimes, l’euro a été survendu. Autrement dit, nous n’excluons pas un rebond technique éphémère dans les séances à venir en direction de la zone de résistance des 1,0893-1,09. La tendance de fond reste cependant baissière en direction des 1,07. Comme nous l’avons indiqué lors du déclenchement de la crise du coronavirus, tant que l’incertitude économique perdurera, l’euro continuera de perdre du terrain face aux valeurs refuges (USD, JPY et CHF).

Les supports et résistances affichés ci-dessous indiquent respectivement les points bas et hauts au sein desquels les cours devraient évoluer dans le courant de la semaine.

 SUPPORTSHEBDORÉSISTANCES HEBDO
S2S1R1R2
EUR/USD1,06391,06851,10481,1150
EUR/GBP 0,80440,82060,85540,8614
EUR/CHF 1,05681,06301,07301,0762
EUR/CAD 1,41331,42781,46701,4779
EUR/JPY 117,00117,94120,89121,64

Pour des conseils personnalisés sur les tendances et couvertures de change, contactez notre salle de marché :

+33 (0)1 48 09 09 83


Les annonces à suivre

La semaine qui s’annonce devrait confirmer nos attentes. Les premiers indicateurs allemands pour le mois de février (indice ZEW et PMI manufacturier) sont attendus en baisse du fait des inquiétudes concernant l’impact économique du coronavirus. Tout porte à croire que la récession industrielle en Allemagne devrait continuer sur le premier trimestre 2020. Le sentiment négatif des cambistes à l’égard de l’euro devrait être renforcé par les statistiques européennes prévues cette semaine.

Vous trouverez ci-dessous les publications et événements qui devraient avoir un impact majeur sur l’évolution du cours des devises.

JOURHEUREPAYSINDICATEURA QUOI S'ATTENDRE ?
18/0211:00Indice ZEW du sentiment économique (Février)Baisse attendue à 20,4 sous l’effet des inquiétudes concernant le coronavirus.
19/0220:00Compte-rendu de la dernière réunion du FOMC.Les attentes sont faibles étant donné que la Fed est sur statu quo.
20/0213:30Compte-rendu de la dernière réunion de la BCE.Les discussions devraient essentiellement concerner les paramètres de la revue stratégique avec un impact marginal sur les taux de change.
21/0209:30PMI manufacturier (Février)Baisse attendue à 44,8 contre 45,3 précédemment.

Les informations présentées sur cette publication, vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doivent en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.